Logo de la Société des Membres de la Légion d'Honneur Ruban de la Société des Membres de la Légion d'Honneur
Section du Gard

Les obsèques du Capitaine Joseph ALFONSI ont eu lieu vendredi 16 Octobre à Villeneuve Lez Avignon.
La cérémonie religieuse s'est déroulée dans la Collégiale Notre Dame, sous les offices du Père Pierre BRUYERE et en présence d'une centaine de personnes, famille, compagnons d'armes et amis parmi lesquels Monsieur Jean-Marc ROUBAUD, Maire de Villeneuve et Président du Grand Avignon.
Le Colonel Victor MAILLET, Président du Comité villeneuvois de la Société des Membres de la Légion d'Honneur, a fait l'éloge du défunt en rappelant, son parcours militaire, ses faits d'arme, (récompensés par de nombreuses décorations) et sa longue et brillante carrière professionnelle.
(Cf texte en annexe)
La section du Gard de la SMLH était représentée par deux de ses vice-présidents, le Colonel CALLAMAND-MARTIN et Monsieur Jean-Pierre QUITTARD et par son porte drapeau le Maître Principal Guy POULET.
Tous les membres de la SMLH du Gard, qui ont connu Monsieur Joseph ALFONSI ont en mémoire, l'image d'un homme simple, bon et plein d'humour. C'était un des doyens d'âge de notre société :
Il s'est éteint dans sa 104ème année.
Nous n'oublierons pas non plus, sa grande générosité en rappelant ici, que le Capitaine Joseph ALFONSI était à titre personnel, l'un des deux plus grands et fidèles donateurs de la SMLH du Gard.

HOMMAGE AU CAPITAINE JOSEPH ALFONSI PAR LE COLONEL VICTOR MAILLET (SMLH DU GARD)

Mon Capitaine

Né le 8 Février 1912 à BRUSTICO en haute Corse, vous vous engagez le 7 Mars 1930, au 22ème Régiment d'Infanterie.
Vous servez au Maroc de 1931 à 1938 ou vous participez à des opérations de pacification dans l'Atlas.
Rapatrié à votre demande, vous êtes affecté au 1er Bataillon de Chasseurs à pied à Strasbourg avec le grade de Sergent-Chef.
Au début de la guerre, vous servez au 226ème Régiment d'Infanterie.
Vous êtes nommé Adjudant le 14 Mars 1940.

Fait prisonnier en Juin 1940, vous vous évadez le 12 Avril 1941, et passez la ligne de démarcation.
Ce premier acte de courage vous vaut une citation à l'ordre du Régiment.
Vous rejoignez la Corse et participez, dans la clandestinité à la préparation et à l'exécution d'un important parachutage d'armes en provenance d'Angleterre.
Cette action est récompensée par une deuxième citation à l'ordre du Régiment.

Passant par le Maroc et l'Italie, vous rejoignez la 1ère Armée et combattez en Alsace, au sein du 8ème Régiment de Tirailleurs Marocains avec le grade d'Adjudant-Chef.
A la tête de votre section vous êtes blessé, au cours d'une reconnaissance. Cette mission vous ''accomplirez avec succès malgré votre blessure qui sera soignée plus tard au poste de secours.
Pour ce nouvel acte de courage, vous êtes cité à l'ordre du Régiment.

Après votre convalescence, vous rejoignez le camp Sainte-Marthe à Marseille. Vous demandez votre dégagement des cadres, le 1erAout 1946. Vous êtes nommé Sous-lieutenant puis Lieutenant deux ans après.
Après un passage à la Direction Départementale des Anciens Combattants, vous entrez en 1948 à la Caisse Primaire de Sécurité Sociale. Vous y travaillerez jusqu'en 1959.

Pendant cette période vous vous portez volontaire, en 1956 pour servir six mois en Algérie, et plus précisément à Constantine au sein du Bataillon de Corée avec le grade de Capitaine.

De 1959 à 1965 vous dirigez un cabinet d'assurance avant de devenir enquêteur à l'INSEE.
Vous faîtes valoir vos droits à la retraite.

Officier de l'Ordre National de la Légion d'Honneur, décoré de la Médaille Militaire et de la Croix de Guerre avec trois citations, vous êtes également titulaire de neuf autres insignes et médailles : (l'insigne des blessés, la médaille des évadés, la médaille de la France libérée, la médaille coloniale avec agrafe du Maroc, l'Ouissam alaouite marocain, la médaille commémorative 1939-1945, la médaille commémorative d'Algérie, la Croix du Combattant volontaire 39-45, la Croix du Combattant volontaire de la Résistance).

Pour résumer votre parcours, j'ai emprunté au Président de la SMLH, le Général GOBILLARD, la dédicace qu'il vous avait écrite sur le livre de la Légion d'Honneur offert à l'occasion de votre centième anniversaire.

« Vous avez su par votre courage, votre sens de l'honneur, votre amour de la France et votre engagement à son service, nous montrer le chemin du désintéressement, du sacrifice et de la fierté d'être Français.
C'est grâce à des hommes, à des soldats de votre trempe qu'aujourd'hui, la France est debout »


A votre fils François, à votre compagne Madame BOUBON et à toute votre famille, nous présentons nos condoléances attristées les plus sincères.



Retourner à l'historique des souvenirs



  © SMLH - 2016