Logo de la Société des Membres de la Légion d'Honneur Ruban de la Société des Membres de la Légion d'Honneur
Section du Gard

Nommé à la promotion du 17 avril 2016, comme l'a relaté Midi Libre le 8 mai dernier, je vais m'attarder sur une carrière dont beaucoup dans la salle se reconnaîtront à travers son périple d'Afrique du Nord.
Il est né en 1938, la guerre arrive, il est alors élevé par ses grands-parents. A 5 ans, il part avec ses parents en Algérie, son père est maître-mineur. A 18 ans, William s'engage dans la Légion étrangère pour 3 ans (29ème Peloton Opérationnel à MENERVILLE, au temps des premiers rappelés. Son père est aussi requis en U.T. pour le maintien de l'ordre.
2 membres d'une même famille ne peuvent être sous les armes en même temps : ce qui permet à ses parents de revenir en France rapidement.
(Puisque nous sommes en AFN, Je fais ici une parenthèse pour M. KLUBA, gendre de Simone qui vient de finir les Foulées du désert au Maroc et il s'est dépêché pour pouvoir arriver à cette cérémonie). Les classes ont un régime particulier dans la légion…Il est jeune mais décidé et volontaire avec un courage certain dans l'action.. Il restera 5 ans en Algérie et il se distingue en opération : la citation (relatant 5 OP) que je vais vous dévoiler sera plus élogieuse qu'un long discours. Lecture de la citation du général ALLARD:
Une carrure d'athlète, un chien et deux armes faisaient de lui un redoutable guerrier à la tête de son groupe…
(Attribution de la VM et M.M. ensuite). Il sera muté ensuite à DJIBOUTI 3 ans (50° à l'ombre).
Libéré en 1964, il rentre dans une entreprise ferroviaire annexe de l'armée et est affecté à CUERS (voir la NdS sur ses responsabilités). (Surveillance et inspection -nettoyage sur Mirage IV).
Puis il est engagé chez PEUGEOT encore à la surveillance de fabrication des voitures blindées de chefs d'état pour la détection des points faibles...
Au passage, quelques mots rapides sur sa vie de famille, avec deux filles, il est une fois arrière-grand-père à ce jour et il réalise alors tout le chemin parcouru !
Dans ses diverses fonctions, à chaque étape, il a la confiance de ses supérieurs à tel point qu' il fut engagé dans les R.G. (15 ans) et assura parfois la garde rapprochée de personnalités avec une grande discrétion. Pour justifier mon propos, il suffit de se retrouver avec lui un jour de Camérone à AUBAGNE : copains de régiment, s/off et officiers de tout grade sont heureux de le retrouver; des souvenirs sont évoqués et l'on ressent très fortement la grande et cordiale camaraderie inoubliable du temps passé à la LEGION…
Nous connaissons tous William pour son dévouement, sa générosité et même ses péchés mignons : la truite (pas de Schubert mais de Lozère), les champignons, la belote et la pétanque avec des exploits bien sûr !..
Il a obtenu la carte du combattant et aujourd'hui une nomination bien méritée dans le 1er Ordre national.
Avant de vous décorer, je rappelle que l'Art 54 du code de la L.H. prévoit notamment que les réceptions doivent s'opérer avec toute la dignité qu'exige le prestige de l'Ordre et le Grand Chancelier recommande à son Délégué et aux légionnaires qui assistent à la réception de porter leurs décorations pendantes aux dimensions réglementaires.
Après avoir prononcé la formule rituelle et donner l'accolade : 
Ouvrez le ban , Monsieur William TALAGRAND ,
« Au nom du Président de la République et envertu des pouvoirs qui nous sont conférés, je vous fais CHEVALIER de la Légion d'Honneur ».
Fermez le ban. Refrain de La Marsellaise. Signature du Procès-verbal.

25 JUIN 2016 à Bessège

Germain PIALET

Président du comité d'Alès de la S.M.L.H.

G.I.G.

Officier de la Légion d'Honneur

Commandeur de l'Ordre National du Mérite

Croix de Combattant volontaire AFN

Officier des Palmes académiques



Retourner à l'historique des activités



  © SMLH - 2016