Logo de la Société des Membres de la Légion d'Honneur Ruban de la Société des Membres de la Légion d'Honneur
Section du Gard

Le 18 juin 2016, à la salle Becmil de Salindres, Monsieur Germain Pialet, Président du comité d'Alès de la S.M.L.H a remis l'insigne de Chevalier dans l'Ordre national de la Légion d'honneur à Madame Odette JANNOT, Médaille de la Résistance.
Discours de Monsieur Germain Pialet :
Monsieur le Sous-Préfet, Monsieur le Député,
Monsieur le Conseiller Départemental,
MM. les Maires et Conseillers Municipaux,
Messieurs les représentant de la SMLH et porte-drapeau
MM. les présidents d'associations et les porte-drapeaux
Madame JANNOT, Mesdames et Messieurs,
Le Col CALLAMAND-MARTIN vous présentera l'Ordre National de la Légion d'honneur.
Tout d'abord merci aux personnalités et à tous ceux qui sont venus en ce jour doublement mémorable du 18 juin d'une part pour le 76ème anniversaire de l'Appel et d'autre part pour cette remise d'insigne.
C'est avec une fierté certaine que je préside cette cérémonie exceptionnelle à SALINDRES.
Je remercie vivement Mme JANNOT de m'avoir proposé comme Délégué à la Chancellerie.
J'ai donc la charge de vous dire quelques mots ou plus sur la récipiendaire même si sa modestie doit en souffrir.

Nommée à la promotion de Pâques 2016, comme l'a relaté Midi Libre avec quelques détails, je ne parlerai pas de son âge mais quand on revient sur les faits marquants vécus de la 2ème guerre mondiale, on s'approche vite de la vérité.
Mais en rencontrant Mme JANNOT, on voit qu'elle a l'âge de ses artères et un air toujours avenant et souriant. Il s'avère que , lors de notre première entrevue, après quelques mots échangés, nous nous connaissions depuis longtemps car nous étions ensemble avec son président aux cérémonies locales du maquis notamment, pendant de nombreuses années.
A 18 ans, Odette SIMON vient chez ses grands-parents à SALINDRES et cherche un travail : la vie est dure !
Quelque temps après, elle rentre à l'usine comme calculatrice. Son assiduité, son application et sa discrétion sont remarquées. En plus de son travail, on lui confie une tâche de dactylo.
Elle remarque bien vite que ce courrier est particulier et, peu après, on lui demande de porter quelques messages ici ou là. Elle comprend qu'à son tour, elle rentre dans la RESISTANCE .
Elle est versée au maquis CFL du MARTINET rattaché ensuite au camp BAYEUX-BAUMONT et côtoie Louis PAUL, MARCADET et bien d'autres ( elle est donc dans le bain, connaît toute la liste des maquisards : cet agent de liaison s'appellera LISETTE et sait prendre des initiatives : pour livrer le documents, elle les roule dans le guidon de son vélo ou cache les tracts sous les carottes et autres légumes.
On lui propose même une arme mais elle n'en veut pas : la meilleure arme est son aplomb et sa désinvoltture dans les contrôles. Elle fut la première a se rendre au Puits de Célas après le massacre que nous connaissons et en a été marquée fortement .
Ses enfants aussi seront avides de connaître les périples et d'autres détails de cette période si particulière..
Mariée en 1945, le couple est muté en région parisienne : ils ont eu deux filles.
Au cours de ce séjour, elle a pu visiter le Mont Valérien surtout la chapelle aux condamnés et le triste poteau d'exécution (encore visible). Malheureusement, son époux est parti trop tôt. Ell est donc revenue sur ses terres d'origine et n'a jamais manqué d'apporter son soutien et son aide au monde combattant et de travailler pour le DEVOIR de MEMOIRE. Elle adhérè à l' A.N.C.V.R. son président Francis CLAVEL est parmi nous.(L'association est dissoute depuis peu).Combien en reste-t-il de nos jours ?
Son travail dans l'ombre, son courage et son abnégation ont été enfin reconnus, un peu tard, me direz-vous…Merci Lisette pour cette belle leçon !
Léon GRASSET serait fier aujourd'hui.
Vous avez obtenu la Médaille de la Résistance et vous êtes Citoyen d'Honneur de la Ville.
Avant de vous décorer, je rappelle que l'Art 54 du code de la L.H. prévoit notamment que les réceptions doivent s'opérer avec toute la dignité qu'exige le prestige de l'Ordre et le Grand Chancelier recommande à son Délégué et aux légionnaires qui assistent à la réception de porter leurs décorations pendantes aux dimensions réglementaires.
Après avoir prononcé la formule rituelle et donner l'accolade :  Ouvrez le ban, Madame Odette JANNOT ,
« Au nom du Président de la République et en vertu des pouvoirs qui nous sont conférés, je vous fais CHEVALIER de la Légion d'Honneur ».



Retourner à l'historique des activités



  © SMLH - 2016