Logo de la Société des Membres de la Légion d'Honneur Ruban de la Société des Membres de la Légion d'Honneur
Section du Gard

Photographie de la dernière activité

Anduze, une des Portes des Cévennes, peuplée d'un peu plus de 3300 habitants, est nichée sur les bords du Gardon.
Ce passage obligé de routes allant de la Provence, le Languedoc vers le Causse, a permis le développement du négoce de la soie et de la laine.
La corporation des tuiliers a profité longtemps de cette prospérité. En 1728, Jean Gautier, potier de son état, a signé le plus ancien vase d'Anduze connu à ce jour. Si les Gautier étaient déjà les maîtres des fontaines d'Anduze, le premier Boisset exerce officiellement en 1766. Propriétaires d'une terre au quartier de Labahou, dont l'argile est de grande qualité, ils excellaient dans la fabrication des tuiles et de briques vernissées aux coloris très variés. Vous pouvez admirer la Pagode, sur la place du marché à Anduze, dont les bâtisseurs se sont inspirés !
Au XIXème siècle, les familles Boisset, Bourguet et Castenet, parfois apparentées, dominent la fabrication des poteries. N'oublions pas non plus les Clauzel, les Clot et les Caulet .
Légende ou non, on raconte qu'un potier nommé « Boisset » s'en allant à la foire de Beaucaire découvrit un vase Medicis. Séduit par sa beauté et sa finesse, il décida de le copier tout en l'adaptant à la technique locale, de l'orner d'une guirlande et d'un cartouche portant son nom.
Ainsi serait né le vase d'Anduze que « les Enfants de Boisset » tournent encore de nos jours.
La période la plus fastueuse de cette industrie potière va de la révolution française à 1880. Les poteries étaient établies sur trois zones principales : la partie basse de la cité, le quartier Labahou et la commune de Tornac.
Au XVIIIème siècle, la famille Boisset fonde une véritable dynastie de potiers, avec leurs terres argileuses de Labahou et de Boisset-Gaujac.
En 1959, la petite-fille de Louis Boisset, Liliane, reprend les rênes de l'entreprise en difficulté avec Robert Medge, son époux. Aujourd'hui, ce sont leur fille Cécile et son mari Richard Jurquet, dits « les Enfants de Boisset » qui se réclament de cette longue tradition familiale.
D'autres poteries existent sur et autour d'Anduze, mais elles sont plus récentes et ne disposent pas de carrière à proximité. Citons la Poterie de la Madeleine (1987), la poterie de Terre Figuière (1995), celle des Cordeliers, et celle du Chêne Vert. Elles ont toutes leur charme et offrent une diversité de vases et de poteries.
La fabrication d'un vase mériterait de nombreuses pages, tant les techniques sont diverses.
Vous en aurez un aperçu en lisant la suite de cet article dans le reportage intitulé : « Le vase d'Anduze : la fabrication. »
Pierre LEMAIRE, Président du Comité SMLH 30 d'Anduze


Retourner à l'historique des activités



  © SMLH - 2016